Article


28.02.2019

Chaire CIC : arrivée du Dr Teixeira en mai pour collaborer avec une équipe lyonnaise

La chercheuse répond à nos questions !

Jeune chercheuse, Cátia Teixeira a réalisé sa thèse et ses post-doctorats dans des universités et laboratoires prestigieux (Frankland’s lab, Toronto University ; Columbia University). Elle a récemment monté son propre laboratoire au sein de l’Emotional Brain Institute (Nathan Kline Institute for Psychiatric Research and NYU Langone Medical Center, New York, USA) et va séjourner un mois au Centre de Recherche de Neurosciences de Lyon grâce à la Chaire CIC gérée par la fondation Neurodis pour collaborer avec l’équipe Olfaction du codage à la mémoire. Le Dr Teixeira travaille depuis 2017 avec le Dr Courtiol sur une étude portant sur l’importance du système sérotoninergique dans l’activité neuronale des ratons en lien avec la présence de la mère. Le but est de comprendre par quels mécanismes la présence ou l’absence de la mère régulent le développement neuronal du jeune.

 

Elle répond à nos questions !

  
1. - Quel est votre métier?
C.Teixeira : Je suis chercheuse.
 
2. - Dans quelle structure et dans quelle ville travaillez-vous?
C.Teixeira : Je travaille pour un établissement de recherche psychiatrique géré par l’Etat de New York situé à Orangeburg.
 
3. - Quel est le sujet de vos recherches ?
C.Teixeira : J'étudie comment des événements survenant au début de la vie, tels que la séparation maternelle ou l'exposition à des médicaments sur ordonnance, affectent le développement du cerveau et peuvent entraîner des problèmes psychiatriques.
 
4. - Comment est constituée votre équipe ?
C.Teixeira : L'équipe est composée par moi en tant que chef de groupe et de deux techniciens de recherche. Nous allons bientôt intégrer un chercheur postdoctoral. Pendant l'été, nous sommes rejoints par des étudiants stagiaires.
 
5. - Décrivez une journée type ?
C.Teixeira : Au cours d’une journée type, je planifie des expériences, travaille sur la conformité (protocoles d’éthique animale et protocoles de biosécurité), établis de nouveaux protocoles expérimentaux que je partage avec les techniciens et les stagiaires et rédige des demandes de subvention et des travaux de recherche.
 
6.- Comment ces recherches peuvent-elles améliorer les soins aujourd’hui, ou dans un avenir plus lointain ?
C.Teixeira : Mes travaux de recherche ont notamment porté sur la manière dont l'exposition aux antidépresseurs au début de la vie altère le développement du cerveau et entraîne des problèmes de comportement plus tard. Ces travaux peuvent suggérer que l'administration d'antidépresseurs pendant la grossesse devrait être surveillée plus attentivement. Nous espérons également parvenir à de meilleurs traitements pour les personnes exposées aux antidépresseurs alors fœtus.
 
7. - Quel est votre rêve ? Que souhaitez vous découvrir ?
C.Teixeira : Beaucoup de maladies psychiatriques ont des racines au cours du développement. Mon rêve est d'empêcher le développement de troubles psychiatriques. J'aimerais que notre société fournisse suffisamment de soutien pour que certaines des causes connues de maladies psychiatriques, telles que la négligence parentale et le stress chronique, fassent partie du passé. Je voudrais découvrir des méthodes pour remédier aux dommages déjà causés chez certaines personnes.
 








<- retour vers Liste des actualités


7e rencontre des unités neuro-vasculaires AURA

Rdv aux spécialistes le vendredi 29 mars [...]


Conférence sur la maladie de Parkinson le 11 avril !

Venez écouter les spécialistes de Lyon et Grenoble à Cornier (74800)[...]


Exposition du peintre Bernard Ronfaut au profit de la fondation Neurodis !

Nous vous attendons du 29 avril au 9 mai à Chamalières [...]