Diagnostiquer plus vite la maladie d’Alzheimer grâce à la réalité virtuelle !

-MALADIE D'ALZHEIMER-

La maladie d’Alzheimer résulte d’une lente dégénérescence des neurones, débutant au niveau de l’hippocampe (une structure cérébrale essentielle pour la mémoire) puis s’étendant au reste du cerveau. Elle est caractérisée par des troubles de la mémoire récente, des fonctions exécutives et de l’orientation dans le temps et l’espace. Le malade perd progressivement ses facultés cognitives et son autonomie. C'est la maladie neurodégénérative la plus fréquente avec bientôt un million de cas en France.

Responsable du projet :

NomBachelet

PrénomRomain

carte de la france

Nos objectifs :

Le diagnostic précoce des maladies neurodégénératives, pour lesquelles nous ne disposons actuellement d’aucun traitement curatif, est primordial afin de prévenir au mieux la perte d’autonomie et d’orienter les patients vers les protocoles de recherche médicamenteuse. Le bilan neuropsychologique reste à l’heure actuelle le principal outil de diagnostic de maladie neurodégénérative.

Il est cependant reproché aux tests neuropsychologiques de ne pas être écologiques, c’est-à-dire de ne pas évaluer le patient dans son environnement, mais dans un cadre structuré (bureau, en face-à-face) à l’aide d’épreuves papier-crayon assez éloignées des situations quotidiennes mettant en jeu le fonctionnement cognitif du patient.

L’espoir ? 

Grace aux progrès technologiques, la réalité virtuelle immersive nous semble être un outil prometteur. Nous savons que les aires cérébrales impliquées dans l’orientation spatiale et la mémoire visuelle sont précocement affectées dans la maladie d’Alzheimer. L’objectif de ce projet est donc de créer et de valider un outil de diagnostic précoce en réalité virtuelle immersive – inspiré de la piscine de Morris,– évaluant les capacités d’orientation et de mémoire spatiale de personnes âgées.

Plus vite la maladie d’Alzheimer est diagnostiquée, plus vite des stratégies thérapeutiques peuvent être mises en place !

200€ / 24 000€

Merci !

Les étapes du projet :

  • Soumission au Comité de protection des personnes (prévue début 2021)
  • Mise en place de l’étude et recrutement des participants
  • Passation des tests
  • Analyse des résultats
  • Publication scientifique

Equipe – laboratoire : Centre de Recherche Clinique – Vieillissement Cerveau Fragilité, Hôpital des Charpennes, Hospices Civils de Lyon

Ville : Lyon

Durée du projet : 2 ans

Montant demandé : 24 000 €

Que va financer le soutien demandé ?

Le financement va permettre des recrutements sur le projet :

  • recrutement d’Attaché de Recherche Clinique : mise en place et suivi de l’étude,
  • recrutement d’un neuropsychologue : passation de tests neuropsychologiques et de la tâche en réalité virtuelle immersive,
  • recrutement biostatisticien : analyse des données.

Je soutiens ce projet

Faire un don

Le bonus : l'interview de Romain Bachelet

1. Quel a été votre parcours avant d’arriver au sein de votre équipe de recherche actuelle ?

Diplômé en neuropsychologie à l’Université Paris Descartes en 2007, j’ai d’abord travaillé pendant un an dans des consultations mémoire de proximité au sein du Groupement Hospitalier Aube Marne. J’ai ensuite intégré le CHU de Reims, au sein duquel j’ai officié 6 années avec une activité clinique et de recherche au CMRR de Champagne Ardennes.

2. Qu’est-ce qui vous plait le plus dans votre travail ?

Le fait de pouvoir allier pratique clinique à l’hôpital de jour (diagnostic et prise en charge de maladies neurodégénératives) et recherche (médicamenteuse et non médicamenteuse) au sein du CRC-VCF.

3. Comment ce projet de recherche a-t-il vu le jour ?

La société Lumeen a sollicité le CRC-VCF afin d’évaluer différents aspects de leur solution en réalité virtuelle. Plusieurs projets de recherche sont en cours, principalement à visée de stimulation cognitive. Il semble intéressant d’aller plus loin et d’utiliser cette nouvelle technologie pour améliorer nos outils diagnostiques.

4. Quel est selon vous son aspect le plus attrayant ou novateur pour la santé ?

L’utilisation de la réalité virtuelle immersive comme outil de diagnostic précoce de maladie d’Alzheimer qui n’est, à ce jour, jamais utilisée dans ce cadre.

5. Quel est votre meilleur souvenir de chercheur ?

La participation au projet européen H2020 Medit-Ageing, dont l’étude SCD-Well m’a permis de travailler avec des équipes de différents pays (Angleterre, Allemagne et Espagne).